Seven Doc

Production - édition vidéo - distribution de documentaires

Gilles Chappaz photo portrait

Gilles Chappaz

Réalisateur

Enfant de la montagne ayant grandi face au mont Blanc, Gilles navigue aujourd'hui entre Grenoble et Chamonix. Il s'est tourné vers le journalisme en créant et développant des magazines dédiés à la montagne (Montagnes Magazine, Vertical, Ski Français). Parallèlement, il a été consultant pour la télévision (France Télévision, TF1) et a collaboré régulièrement avec la presse (Libération, Le Monde). Il a également fait partie de l'équipe qui a animé dès sa création en 1985 le magazine Montagne sur FR3, magazine dont il a été un temps le responsable d'édition et pour lequel il a réalisé plusieurs documentaires, tous primés dans les festivals. Après avoir passé quatre ans à Paris comme rédacteur en chef adjoint de L'Équipe Magazine, il se consacre à la réalisation de films documentaires dont cinq produits par Seven Doc. À sa casquette de réalisateur, il ajoute en 2009 celle de directeur de la Collection Montagne, des coffrets livre + DVD consacrés à ceux que l'on a coutume d'appeler les « conquérants de l'inutile » lancée en 2009 par Seven Doc.

  • Comment est née la Collection Montagne ?

L'idée de cette collection est née de deux envies : celle de retrouver avec plaisir la trace des grands noms de la montagne, pour les replacer dans le contexte de l'histoire de l'alpinisme ; l'autre était de faire revivre des documents tombés dans l'oubli et de réaliser un travail de mémoire avec des outils modernes en combinant trois modes d'expression : l'audiovisuel, l'écrit et la photographie.

  • Qu'est-ce qui t'anime à partir sans cesse sur la trace de ces montagnards cultes ?

Ayant baigné dans le milieu de la montagne depuis tout petit, j'ai eu envie d'en savoir plus. Au-delà des personnages, je tente modestement de faire passer des messages, de laisser des traces. Que ce soit Boivin, Terray ou Rébuffat, chacun à sa manière a eu de l'influence sur le monde la montagne, a donné un sens à sa vie. Ils inspirent, ils montrent l'exemple, toutes générations confondues. C'est pour cette raison que j'essaie de ne pas être passéiste dans le mode de traitement de mes films. L'idée est de regarder derrière pour aller de l'avant et se construire. J'aime montrer la permanence et l'universalité dans ce que les gens ont dit ou fait. C'est pourquoi mes films ne sont pas des biographies. Ils apportent un regard subjectif sur une vie et en quoi elle est inspirante. Je ne suis qu'un passeur et surtout pas un « dresseur de statues » ! Il n'y a pas de génération spontanée en montagne, alors il est bon parfois de rappeler que certains ont ouvert la voie, repoussé les limites... pour montrer tout simplement que c'est possible... il suffit d'avoir envie pour avoir envie ! Propos recueillis par A.D.

Photo © Sylvie Chappaz


Flux RSS Réseaux sociaux Contact Imprimer