Seven Doc

Production - édition vidéo - distribution de documentaires

photo portrait de Sam Beaugey à Baffin

Sam Beaugey

Réalisateur

Un père guide de haute montagne, une mère monitrice de ski et ancienne gardienne de refuge, un grand frère moniteur de parapente, Sam a grandi au pied du mont Blanc. En 1994, il entre à la Compagnie des guides de Chamonix. Pitons, crampons, piolets, wingsuit, parapente, snowkite, ski, snowboard, parapente... ce qu'il y a de plus dur pour lui, c'est de trouver un sac suffisamment grand pour y glisser tous ses jouets ! Sam est un alpiniste touche-à-tout option « baston » : première descente à skis du Linceul aux Grandes Jorasses (1995) avec Jérôme Ruby en snowboard, ouverture en Himalaya d'Extra bleu ciel au Kwangde Shar (1995), 700 sauts en base-jump à son actif depuis 1994, tentative de descente en snowboard de la face Nord de l'Everest (1998), ouverture de la voie Azazel avec l'équipe de Planète Big Wall et premier saut en wingsuit du Pulpit de Trango (2005)... Québec Givré (co-réalisé avec Erwan Le Lann) et Baffin, l'île aux enfants donnent à la montagne un sacré coup de jeune, aux antipodes des scenari shakespeariens qui lui collent bien souvent à la paroi.

  • En 1996, tu as démarré une aventure de film en 16 mm avec Jerôme Ruby et André-Pierre Rhem en Norvège, comment et pourquoi le fait de réaliser des films est devenu important à tes yeux ?

A cette époque, le base-jump était peu connu du public. Notre idée avec Free Base était de montrer le plaisir que nous éprouvions d'être en montagne, à la montée comme à la descente. Jérôme Ruby était l'inspirateur du groupe et c'est grâce à lui que j'ai eu envie à mon tour de raconter les histoires de nos aventures sous l'angle du partage et du plaisir.

  • Est-ce plus difficile de traduire, en réalisant un film, le partage, le plaisir dans l'engagement, l'esprit de la cordée... plutôt que la performance et la souffrance ?

Tout prend une autre tournure à partir du moment où tu décides de filmer, tu n'es plus seulement là pour faire mais également pour montrer. Le plus grand danger est de perdre son naturel. Les images traduisent souvent le climat profond qui règne au sein de l'équipe... sauf qu'en pleine baston, au sens propre comme au figuré, on n'est pas beaucoup tenté de filmer.

  • Quel est le film que tu rêverais de réaliser ?

Une fiction en 35 mm sur l'histoire de deux hommes et deux femmes qui ont tout perdu et se retrouvent au bout du monde pour grimper. Propos recueillis par A.D.

Photo © David Ravanel
 

Ses films produits par Seven Doc
Québec Givré - 2005
Baffin, l'île aux enfants - 2007

 


Flux RSS Réseaux sociaux Contact Imprimer